Européennes : Hamon, Lagarde et Dupont-Aignan ensemble pour dénoncer la «mascarade» dun débat sur France 2

http://www.liberation.fr/france/2019/05/15/europeennes-hamon-lagarde-et-dupont-aignan-ensemble-pour-denoncer-la-mascarade-d-un-debat-sur-france_1727120

Européennes : Hamon, Lagarde et Dupont-Aignan ensemble pour dénoncer la «mascarade» d’un débat sur France 2

Tremble, Delphine Ernotte.

Depuis des mois, le mardi, devant les locaux de France TV, c’est jour de gilets jaunes qui manifestent contre les «merdias». Et le mercredi (depuis peu), celui des candidats aux européennes qui gueulent contre les règles du CSA. Preuve que «la situation est vraiment grave» et la démocratie au bord de l’apoplexie, trois d’entre eux, et pas des moindres puisqu’il s’agissait de Nicolas Dupont-Aignan (4,5 % dans les sondages), Benoît Hamon (2,5) et Jean-Christophe Lagarde (2), ont tenu ce matin une conférence de presse commune devant l’entrée principale de la chaîne. Ils ont dénoncé l’organisation d’un débat en direct le 22 mai sur France 2 (et France Inter), qu’ils considèrent comme une «mascarade», et boycottent, donc : les règles ne leur permettaient pas de débattre avec tout le monde. On a prévu ce soir-là une première vague à 20 heures avec six chefs de parti et têtes de liste, tous à plus de 5 % selon les études (pour une raison obscure, Le Pen remplacera Bardella, Guérini Loiseau et Wauquiez Bellamy), et une autre de 22h30 à minuit, avec le «reste», c’est-à-dire le bas du tableau : (Dupont-Aignan, Lagarde et Hamon s’étant barré, mais aussi Ian Brossat) Asselineau, Lalanne et Philippot. Casting alléchant, mais à l’heure où les gosses sont couchés, plus personne ne regardera, pensent les trois. Hamon a dit : «On est cantonnés à un débat quand les gens dorment», puis «ce choix politique protège Emmanuel Macron et l’adversaire qu’il s’est désignée [Le Pen, ndr]». Dupont a renchéri : «C’est une manipulation organisée pour cacher des candidats, avec des responsables qui choisissent qui sont éligibles». Et Lagarde a conclu : «J’ai mal à ma redevance télé». Ils donnent «une grande chance à France Télévisions pour changer d’avis» et les autres (les invités) à les imiter. On attend.

Cannes, jour 1

http://www.liberation.fr/culture/2019/05/15/cannes-jour-1_1727080

Sur le live Cannes

Cannes, jour 1

Libé Cannes.

Le lancement du 72e Festival de Cannes a eu lieu hier soir. A l’occasion du premier jour de l’événement, voici le menu de notre cahier spécial Cannes du jour :

L’entretien. Président du jury de la 72e édition du Festival, le cinéaste mexicain Alejandro González Iñárritu défend le cinéma en salles et expose la manière instinctive et sans préjugés dont il entend visionner les films. (Photo Cyril Zannettacci. VU pour Libération)

La critique de The Dead Don’t Die. Fin du monde. Jim Jarmusch signe une amusante fable à zombies, qui croule sous les références et les stars.

Le portrait. Jean Dujardin. A l’approche de la cinquantaine, l’acteur oscarisé déploie toute son épaisseur dans «le Daim» de Quentin Dupieux, qui ouvre la Quinzaine des réalisateurs. Un rôle de poids pour ce père de famille rangé de la clope et de la séduction.

L’interview. Programmateur aguerri, du centre Pompidou à de nombreux festivals, l’Italien Paolo Moretti est le nouveau délégué général de la Quinzaine des réalisateurs. Il entend perpétuer l’esprit originel de cette très défricheuse section, créée il y a tout juste cinquante ans.

Et aussi. La leçon de cinéma de la comédienne Amira Casar ; un CheckNews sur la parité de la sélection et une chronique sur le «lifting» de cette nouvelle édition.

Les projections attendues aujourd’hui. Litigante de Franco Lolli (Semaine de la Critique) ; Les Misérables de Ladj Ly (sélection officielle) ; Le Daim de Quentin Dupieux (Quinzaine des Réalisateurs) ; Bull d’Annie Silverstein (Un Certain regard) ; Le Miracle de Saint-Inconnu d’Alaa Edine Aljem (Semaine de la Critique).